Dirndl, élections allemandes, Europe

Bon, je craque, mais je ne peux plus me retenir d’exprimer ce que je ressens face au port des costumes traditionnels bavarois, quitte à passer pour une Française obtuse, hautaine et snob. J’ai été en effet quelque peu étonnée – c’est un euphémisme- de voir des hommes de tous âges se promener en culotte courte et des femmes, toutes générations confondues, porter jupes à tablier et corset. La fête de la bière n’est pas la seule grande occasion de porter le costume traditionnel, m’a-t-on expliqué hier à l’Ecole, où j’ai vu, là aussi, passer jupes à tablier et culottes courtes. J’ai désormais très hâte d’assister à la cérémonie du bac 2018 pour savoir si c’est aussi une soi-disant grande occasion…Ah la la, la cérémonie strasbourgeoise au Parlement européen aurait bien plus d’allure si nos jeunes gens portaient les costumes traditionnels de leur région…
Quoi qu’il en soit, questions et remarques – que je garde pour moi en général – se bousculent. Mais j’en partage quelques-unes. La plus essentielle! : quelqu’un peut-il me dire si certains Bavarois se rasent les mollets quand c’est le moment de porter le costume… ? Parce que pour un peuple plutôt chevelu, je trouve qu’il y a beaucoup de mollets imberbes à Münich…Autre question : les personnes qui portent ces costumes, notamment les dirndl, connaissent-elles toutes les codes qui s’y rapportent ? En effet, comme dans tout costume traditionnel, les détails esthétiques ont ou du moins avaient leur importance et constituent ou constituaient souvent une fiche d’identité de la personne…
Mais au fond je ne comprends vraiment pas, pour les Bavarois, cette nécessité de porter le costume traditionnel …Pour les touristes ou étrangers, juste une façon d’expérimenter une forme d’exotisme.
En fait, est-ce une nécessité ? celle de sauvegarder une tradition ? Si c’est le cas, alors il ne faudrait pas non plus la galvauder. Les jupes à tablier, à l’origine, descendaient à la cheville…Désormais, disons que c’est un peu moins long pour certaines… Bon, me direz-vous, pour maintenir une tradition, il faut la faire vivre et donc la moderniser…Personnellement, j’ai parfois l’impression d’être dans un grand parc d’attraction à l’Américaine, genre Epcot : c’est très bien fait, mais ce n’est pas authentique. Encore que…l’Allemagne à Epcot…ben, euh, ce n’est peut-être pas si stéréotypé…C’est juste que l’Allemagne pour des Américains se réduirait à la Bavière…
Un plaisir alors? mais de quelle sorte ? Esthétique ? Hmmm, chacun ses goûts. Les décolletés, les fleurs dans les cheveux, les bretelles, les tabliers…cela ne va vraiment pas à tout le monde. Remarquez, pas davantage que les modes saisonnières actuelles.
Une fierté ? Une revendication régionale identitaire ? Et, dans ce cas, j’avoue, cela me met mal à l’aise, d’autant plus que c’est une identité profondément ancrée dans le passé qui me paraît toutefois manquer de souffle et d’aspiration, de vision d’avenir. Bref, je fais l’expérience de l’esprit d’une région très singulière dans un pays fédéral.
Mais nous sommes à la veille des élections allemandes. Angela Merkel risque bien…ou a de fortes chances – au choix – d’être réélue pour un 4e mandat. J’ai toujours pensé qu’il était nécessaire de se renouveler régulièrement, de changer de point de vue, de se remettre en question en s’exposant à de nouvelles situations. J’ai l’impression – mais peut-être n’est-ce qu’une impression – que nous apprenons davantage, que nous avons un esprit plus ouvert, nous sommes dotés d’une nouvelle énergie, même si ce n’est pas toujours ni confortable ni facile de sortir de sa zone de confort. Que dire d’une classe d’élèves qui garderait pendant 12 ans ou plus le même prof….Un prof refuserait par conscience professionnelle. Ainsi je ne peux donc pas comprendre la volonté d’ A. Merkel de faire un 4e mandat.
L’Allemagne a de toute évidence un grand besoin d’une vision d’avenir, d’investir dans l’avenir, de renouvellement. Mais les dirigeants ne prennent pas ce chemin, ni a priori leurs électeurs. Pas de changement à l’horizon…et pourtant tout le dit, le pays se dégrade, la peinture s’effrite…mais, pendant quelques années encore, les Bavarois continueront de porter leur dirndl, Madame Merkel continuera de porter exactement la même coupe de veste. Et je pense que ce conformisme rassure beaucoup toute une génération d’Allemands. La jeunesse est minoritaire, je la plains. Certes, en bonne Française, je râle régulièrement contre mes compatriotes et leur inconsistance : un coup à droite, un coup à gauche…, mais je ne prétends pas que la France soit un modèle. Sans doute, finalement, le plus dérangeant, c’est qu’En France et en Europe, l’Allemagne ait été désignée comme la locomotive européenne depuis trop longtemps… Qu’actuellement la locomotive européenne soit à l’image d’une locomotive à vapeur (et au charbon), c’est inquiétant pour l’Allemagne et l’Europe, selon moi. Il est urgent qu’un autre groupe européen revitalise l’Union. L’Allemagne est à bout de souffle. Il est temps de passer au XXIe siècle !